Recensione – Le petit garçon 

Per un irrefrenabile istinto masochista, ho deciso di recensire in francese. O almeno in una sottospecie di francese.

Per la rubrica 




  • Auteur: Philippe Labro
  • Genre:: drame, sentimental
  • Première publication: 1952 
  • Prix de couverture: inconnu 
  • Numéro de pages: 349
  • Éditeur: Folio

L’auteur 

Philippe Labro, né à Montauban le 27 août 1936, est un journaliste français, écrivain, réalisateur, homme de médias, et auteur de chansons.

Dans son roman d’apprentissage autobiographique “Le petit garçon”, Philippe Labro met en scène ses souvenirs d’enfance. 

L’histoire 

La Villa, à l’écart d’une petite ville du sud-ouest de la France, ressemble, avec son immense jardin, à un paradis ou rien ne peut arriver. C’est bien ce qu’avait voulu le père, un homme juste et sage. Voyant approcher la guerre, il avait quitté Paris pour mettre sa jeune femme et leurs sept enfants à l’abri. Mais quand déferlent les années 40, le malheur atteint les univers les plus protégés. Bientôt, la villa se peuplera d’étranges jardiniers et cuisinières. Ce sont des hommes, des femmes, des enfants traqués, en danger de mort. Puis les Allemands vont arriver et violer le sanctuaire.

Une citation 

Le père fait face aux policiers français venus réquisitionner Dora. “Le petit Garçon ne peut savourer les variations de ton qui ont émaillé ces quelques phrases et comment une dose de flatterie a contrebalancé une pincée d’ironie, le tout saupoudré de courtoisie, de fermeté, avec la constante notion d’une supériorité émanant de mon père, qui pourtant n’en abuse pas puisqu’il sait qu’elle irrit Pèrediocres et qu’il faut, en ces circonstances, jouer au plus fin avec l’adversaire, précisément parce qu’il n’est pas plus fort que vous, et ne pas risquer de la vexer mais plutôt encourager chez l’autre la satisfaction de soi, la conscience de son rôle.

Ma opinione 

Un mots seulement: ennui. Mais juste beaucoup beaucoup beaucoup ennui. “Le petit garçon” du Labro semble né de l’union entre “Le garçon dans la pgiama rayé” et “Le plaisir“. Pendant la lecture se succèdent en fait descriptions lentes et redondants et dialogues au pensées de naïveté embarrassante. 

Moi pendant la lecture

Le protagoniste est ce petit garçon (l’auteur même, parce que “Le petit garçon” est un roman autobiographique) que habite dans une maison appelle “la Villa”, où beaucoup du juifs vont trouver un refuge. Ici termine tous ce qui j’ai compris. 

Si j’ai n’ai pas donné le jugement minimum est pour la potentialité de l’histoire et pour le charme du facteur autobiographique, mais le style m’a fallu pour la haine plus profonde et rien, je m’estime pour l’avoir terminé. 

Difficulté: 4/5

    Annunci

    Rispondi

    Effettua il login con uno di questi metodi per inviare il tuo commento:

    Logo WordPress.com

    Stai commentando usando il tuo account WordPress.com. Chiudi sessione / Modifica )

    Foto Twitter

    Stai commentando usando il tuo account Twitter. Chiudi sessione / Modifica )

    Foto di Facebook

    Stai commentando usando il tuo account Facebook. Chiudi sessione / Modifica )

    Google+ photo

    Stai commentando usando il tuo account Google+. Chiudi sessione / Modifica )

    Connessione a %s...

    %d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo:
    search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close